60 Years of Delmark ! fév18

Tags

Related Posts

Share This

60 Years of Delmark !

Delmark,  60 YEARS OF JAZZ

Delmark,  60 YEARS OF BLUES

WWW.DELMARK.COM

C’est devenu une tradition, toutes les décennies, Bob Koester et son équipe font le point sur leurs productions et font une sélection subjective proposée aux amateurs. Sauf à être un collectionneur compulsif, avec une discothèque qui abrite tout ce qui est paru sur Delmark, chacun trouvera son compte dans ces compilations faites avec soin , malgré  leur caractère subjectif . L’anthologie « Blues » permet, entre autres, de redécouvrir Detroit Junior ( Key To The Highway, août 2004), mais aussi de savourer quatre inédits comme Big Joe Williams, en juin 1960, dans 44 Blues et Sleepy John Estes avec un Stop That Thing (novembre 1974) et qui fera partie d’un album à paraître cette année (Live In Japan). Autres bonnes surprises, une face de Junior Wells gravée en décembre 1969 lors de la séance Southside Blues Jam (Delmark 628), mais restée dans les archives (Rock Me baby), ce qui était le cas d’une prise alternative du Little Walter Trio de janvier 1950 ( Just Keep Lovin’ Her). En outre, il y a encore une face du Giles Corey’s Stoned Soul, un groupe qui vient d’être signé par Delmark, et dont un album paraîtra sous peu, avec ici, en plus, en preview , une face très accrocheuse, Oh Mademoiselle.
La compilation JAZZ démontre l’éclectisme de Bob Koester qui va du jazz traditionnel : Dewey Jackson dans That’s A Plenty (1952), Live At The Barrel (Saint Louis),  mais aussi The Fat Babies avecThe Stampede, un titre de mai 2013. Il y a aussi des saxophonistes hurleurs comme Red Holloway(Love Walked In, 2008) ou Eddie ‘Lockjaw’ Davis dans Lover, un prise alternative de 1947, qui sera rééditée cette année pour l’anthologie « Honkers And Bar Walkers, vol.4″, et même du jazz cool et be-bop comme Sonny Stitt dans Four (1969), les autres titres appartiennent au jazz le plus moderne comme l’extraordinaire flûtiste Nicole Mitchell dont on déguste le merveilleux Curly Top de mars 2011 !
 Robert Sacré