Tags

Related Posts

Share This

Nicolas Kummert, Liberté

Nicolas Kummert
Liberté (Prova Records)

Nicolas Kummert, le saxophoniste ténor de Quatre (album « May » en 2011) et du Yves Peeters Group (« All You See » en 2013 et JazzTour en mai prochain), avait déjà conçu, en 2010, un premier projet « Voices One », centré sur un mariage entre instrument et voix : le chant devenant le prolongement naturel du saxophone. Pour ce deuxième projet, il retrouve le guitariste sénégalais Hervé Samb, un élève de Pierre Van Dormael qui a notamment enregistré avec David Murray, et notre compatriote Nicolas Thys à la contrebasse. Tous deux, ils prêtent leur voix pour les parties de choeur. Par contre, le pianiste finlandais Alexi Tuomarila, avec qui Nicolas a enregistré les albums « Voices Of Pohjola » et « 02″, succède à Jozef Dumoulin et le jeune batteur Jens Maurits Bouttery succède à Lionel Beuvens.

« Liberté aborde des thèmes sombres tels que le racisme et la mort, annonce le communiqué de pressemais garde le côté festif des influences africaines » : dès l’album « Quatre » de 2003, Nicolas Kummert n’avait-il pas composé un thème dédié à Matongé ? Le répertoire de « Liberté » mêle compositions originales et grands classiques du jazz vocal. L’album s’ouvre sur le récitatif de Intro To Stand Up Today, consacré aux « erreurs de l’histoire » et bientôt suivi de ce thème dédié à Trayvor Martins, ce jeune afro-américain de 17 ans tué par un vigile qui bénéficia de la « légitime défense »  : c’est d’ailleurs un portrait du jeune homme, réalisé par Madeleine Tirtiaux qui illustre la pochette. Le ténor rageur n’est pas sans rappeler les envolées enflammées de Gato Barbieri, le thème se poursuit ensuite par une partie chantée, accompagnée par le choeur formé par Samb, Thys et Bouttery. Les autres compositions originales, Paseo De Los Tristes, Liberté, This Is My Rhythm, Isaac, font alterner parties instrumentales et parties chantées avec choeur. Mais Nicolas Kummert plonge aussi dans un répertoire plus traditionnel : à commencer par Skylark de Mercer et Carmichael sur lequel il alterne chant et envolée du saxophone. Les paroles de Strange Fruit, immortalisées par Billie Holiday, comme le You’ve Changed de Carrey et Fischer, sont distordues/torturées par une talkbox assez invasive : les paroles terribles de ce Strange Fruit dénonçant les lynchages dans le Sud des Etats-Unis ne perdent-elles pas leur impact à force de devenir inaudibles ? Enfin, le traditionnel anglais Willow Song est chanté d’une voix claire en symbiose avec la rythmique. Nicolas Kummert propose assurément une approche originale d’une musique qui se veut engagée, en prise avec son époque, et qui veut rompre les frontières entre jazz et autres approches artistiques. En concert, le quintet peut d’ailleurs être rejoint par Madeleine Tirtiaux qui peint sur scène et par Nicolas Lefèvre qui module électroniquement les sons acoustiques des instruments. A découvrir lors du JazzTour de mars, après des concerts à Genk, Anvers et Luxembourg.
Claude Loxhay

Concerts:

Lasnes, Le Rideau rouge, 05/03
Namur, Jazz9 Mazy, 08/03
Bruxelles, Jazz Station, 12/03
Louvain-La-Neuve, Ferme du Biéreau, 13/03
Eupen, Kulturcentrum, 15/03