Avec le temps #3 mar04

Tags

Related Posts

Share This

Avec le temps #3

Avec le temps…

photos Jimmy Van der Plas

textes Claude Loxhay

A la galerie j’farfouille, souvenirs en friche rime avec têtes d’affiche. Pour cela, depuis 1991, on peut faire confiance au festival Jazz à LiègeAvant de se plonger dans le passé avec les photos de Jimmy, jetons d’abord un coup d’oeil sur les têtes d’affiche qui seront présentes les 8, 9 et 10 mai prochain : le piano de Kenny Barron en dialogue avec la contrebasse de Dave Holland, Archie Shepp revisitant son légendaire Attica Blues en grande formation, le tumultueux Kenny Garrett Quintet, Charlie Gayle, un des ténors du post-free; côté européen, Paolo Fresu, le plus beau son de trompette depuis Miles (avec Enrico Rava), le flûtiste Magic Malik et le pianiste Jean-Marie Machado. Côté vocal Paolo Conte (le 8 mai), Thomas Dutronc et sa guitare manouche (le 9) et Cécile Mc Lorin Salvant, l’une des grandes découvertes vocales de ces derniers mois (album « Woman Child »). Côté belge, de belles surprises : nous y reviendrons le mois prochain. En cette 24ème édition, nouveau sponsor oblige, on « Mithra » les petits plats dans les grands. Mais retour en arrière avec quelques figures légendaires des premières éditions.

 

Elvin Jones
29-30 juin 1991, 1e édition: « Jazz à Liège n’est pas le festival de la nostalgie », proclame Jean-Marie Peterken dans l’Album-souvenir ofiiciel. Pour preuve: Elvin Jones, le batteur de John Coltrane, et son Jazz Machine, en compagnie d’un certain Ravi Coltrane

Chick Corea et son Acouctic Band (John Patitucci et Dave Weckl): une réelle envolée lyrique. Mais aussi, l’altiste Benny Carter, le Count Basie Orchestra, Charlie Mariano en compagnie de Philip Catherine.

Lionel Hampton
1er mai 1992: Lionel hampton, à la tête d’un big band de 16 musiciens, interpréta de grands classiques comme Mack the knife ou Sweet Georgia Brown. « Le swing fou d’un octogénaire », titrait l’album-souvenir, sous la plume de J.P. Schroeder.

Sonny Rollins
Le lendemain, « un des derniers géants du bop »: Sonny Rollins, en compagnie de Clifton Anderson au trombone, Marc Soskin au piano, Jerome Harris à la guitare, Bob Cranshaw à la contrebasse et Yoron Israël à la batterie, allait enflammer la salle des 1000 comble avec des classiques comme Someone to watch over me et un Don’t stop the carnival endiablé. L’un des concerts les plus applaudis de toute l’histoire du festival.

Gerry Mulligan

A côté de Stéphane Grappelli ou Richard Galliano,  Gerry Mulligan: « rendez-vous avec une légende bien vivante » du saxophone baryton. Non plus en quartet avec un trompettiste (Chet ou Art Farmer) ou trombone (Kay Winding) mais avec piano.

Dee Dee Bridgewater
En 1994, à côté du trio de Michel Petrucciani, une des grandes divas du jazz vocal: Dee Dee Bridgewater, dans un registre très amoureux: What is this thing called love, I fall in love to easily, I’m fool to want you mais aussi How sensitive en mode bossa.

Charles Lloyd
1995 : le 6 mai, John Scofield et Ray Anderson,  le 7, le charisme irrésistible de Charles Lloyd en quartet avec Bobo Stenson au piano.

Max Roach
Mais aussi, une des légendes de la batterie: Max Roach qui a côtoyé Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Clifford Brown ou Abbey Lincoln (Ah, cette Freedom Now Suite). Il était venu avec Cecil Bridgewater (trompette), Odean Pope (saxophone alto) et Tyrone Brown (contrebasse), se payant le luxe d’un impressionnant solo sur la seule charleston.

Milt Jackson
Le  12 mai 1996, le vibraphoniste du Modern Jazz Quartet: Milt Jackson qui a côtoyé Parker, Gillespie, Miles ou Coltrane. A Liège, il avait joué sur un vibraphone prêté par Guy Cabay, avec Mike Le Donne au piano.

Paolo Fresu
La veille, et ici le passé rejoint le présent, un vrai coup de cœur : Paolo Fresu, le trompettiste sarde, Prix Bobby Jaspar de l’Académie du Jazz qui couronne le meilleur soliste européen de l’année. Avec son  légendaire quintet, en compagnie de Tino Tracanna au saxophone, il accueillait Erwin Vann pour interpréter une série de compositions originales, mais aussi une belle version de Seven Up de Bobby Jaspar. Le sextet allait encore se produire à la Notte dans le Carré ! Cette année, Paolo sera présent avec son Devil Quartet.