Play Misty For Me On Jazzaround fév23

Tags

Related Posts

Share This

Play Misty For Me On Jazzaround

Bienvenue à « Play Misty For Me »

Jazzaround se lance dans une nouvelle synergie avec une émission radio produite sous la forme d’un podcast : Play Misty For Me. L’émission creuse la veine de ce vieux couple déjà centenaire formé par le jazz et le cinéma. Cette belle initiative de Bastien Paternotte et Vincent Dascotte a d’abord été diffusée sur RadioPanik et sur Radio Campus BruxellesPlay Misty For Me est actuellement proposée sur Radio Rectangle et sera sans doute bientôt présente dans la grille des programmes d’une radio nationale !

Dès aujourd’hui, la page d’accueil de Jazzaround vous permettra de cliquer sur le logo de l »émission pour écouter, entendre et réentendre les différentes émissions déjà réalisées avec Mélanie De Biasio, Fabrizio Cassol, Sal La Rocca et Xavier Rogé, et présentées par Natacha Péant. Quentin Dujardin, Eric Legnini et Bojan Z sont les invités déjà annoncés !

QUI SOMMES NOUS?

Si le jazz est vivant ?

Tendons l’oreille pour voir! Tout à l’heure, son murmure se faisait entendre du côté de la Louisiane, les pieds enfoncés profonds dans la boue des champs de coton. Plus tard, certains l’ont aperçu fanfaronnant, marteler sans fin les rues pleines de monde du détroit du Mississippi. Par la suite, d’autres encore l’ont aperçu à Chicago, dans les bouges miteux du centre, propriétés de la mafia locale, faisant nuits après nuits un pacte avec le diable pour se faire trémousser les plus timides. Des témoignages rapportent l’avoir vu, des nuits sans sommeil, fouler les planches des plus grands clubs et incendier Greenwich Village, New-York. Dans les années 60, il se serait tiré une balle dans le requestionnant ses fondamentaux et, partant, déboussolant son art en l’amenant à ses limites les plus chaotiques. Il aurait été condamné à la chaise électrique et s’en serait tiré, in extremis, tout électrisé dans les années 70 pour mettre pied à terre, tout ankylosé par les années 80. Il aurait alors perdu connaissance, se serait absenté à lui même, en panne de sens, confronté à l’impasse, fredonnant dans un dernier râle ces éternelles mêmes ballades mièvres dans les baffles des quais ferroviaires.

Alors, maintenant comment dire s’il est vivant ?

Effectuons une plongée cinématographique et partons à la rencontre de ses expressions musicales actuelles pour constater sa métamorphose. « Le jazz n’est plus. Vive les Jazz ! ». Play Misty For Me, magazine culturel sur le jazz sous toutes ses formes, vous convie à un voyage intérieur aux côtés de ceux qui le font (re) vivre, une traversée intime pour tout amateur d’expériences nouvelles dont les rencontres aiguisent la curiosité. Une émission qui bouscule les poncifs du jazz, tant par sa forme, sa singularité que son incroyable capacité à parler à (et de) chacun de nous. Ni uniquement musical, ni entièrement commenté, chacun des 5 numéros qui composent ce projet propose la rencontre d’un acteur du champ jazzistique et d’une œuvre cinématographique. L’un et l’autre se découvrent et s’entremêlent, entrainant l’auditeur dans ce corps à corps intime.

POUR QUI / POURQUOI ?

Amateurs de musique et de cinéma curieux de découvrir les formes plurielles du jazz. Notre souhait n’est ni d’apprendre ni d’enseigner, ni encore d’imposer un avis singulier, mais d’explorer par le biais du cinéma certains aspects particuliers du jazz en bonne compagnie, celle de l’invité.

 A l’affiche …

  • Ascenseur pour l’Echafaud de Louis Malle (1958) ; rencontre avec Mélanie De Biasio (chant)
  • Play Misty For Me de Clint Eastwood (1971); rencontre avec Sal La Rocca (Contrebasse)
  • The Man with the Golden Arm de Otto Preminger (1955) ; rencontre avec Xavier Rogé (drum)
  • Bird de Clint Eastwood (1987) ; rencontre avec Fabrizio Cassol (sax)
  • Sweet & Lowdown de Woody Allen (1999) ; rencontre avec Quentin Dujardin (guitare)