Paula Harris, Speakeasy sept02

Tags

Related Posts

Share This

Paula Harris, Speakeasy

Paula Harris, Speakeasy

AUTOPRODUCTION

Paula Harris est originaire de la Caroline du Sud, mais elle est installée dans la Bay Area (San Francisco). C’est une chanteuse de très haut niveau : son registre vocal est étendu du grave à l’aigu. Elle est particulièrement à l’aise dans un répertoire qui fusionne, avec talent, blues et jazz, deux cousins proches dont le premier a toujours été et reste une source d’inspiration pour le second. Le titre de son album est un gage de sa passion pour la musique qui faisaient vibrer les « Speakeasies », ces cabarets de la Prohibition où l’alcool (interdit) coulait à flots dans des tasses à thé ou à café… sous l’œil bienveillant d’Al Capone et de ses séides,  le tout au son des orchestres de jazz (Duke Ellington, Cab Calloway) et maintes chanteuses charismatiques de jazz et de blues (Billie Holliday, Helen Humes) ou même des bands de R&B (Louis Jordan). Sous la forme d’un trio classique, basse-batterie-piano (sans guitare, et cela fonctionne super bien !), avec des invités, Paula Harris adapte et dépoussière tout ce répertoire en y ajoutant un supplément de blues, de soul et une triple couche de swing, grâce au pianiste Nate Ginsberg. C’est rafraichissant, c’est génial et on ne peut qu’adhérer à cet univers, avec un plaisir non dissimulé. Les covers – on pouvait s’y attendre – sont empruntées à Billie Holiday (Good Morning Heartache), Louis Jordan (Is You Is Or Is You Ain’t My Baby), à Theolonius Monk (‘Round Midnight) et même à Donnie Hathaway (More Than You’ll Ever Know), dans des versions très personnelles, modernes et swinguantes. Deux autres faces ont été composées par des amis, dont A Mind Of Her Own (une forte femme). Les dix dernières faces sont des compos originales de Harris dont de superbes blues jazzy comme I Wanna Hate Myself Tomorrow For Rising Hell Tonight (tout un programme pour d’une sale gamine), Soul-Sucking Man (un vampire assoiffé d’âme) et, pour moi, la meilleure face, Trouble Maker ! On notera aussi Nothing Good Happens After Midight (vous voilà prévenus si vous êtes fans de golies d’après minuit !), Who Put Those Scratches On Your Back (jalousie… et rupture), Haunted et les autres. Tout est excellent sur ce cédé !

Robert Sacré