Ozferti : Solarius Gamma nov17

Tags

Related Posts

Share This

Ozferti : Solarius Gamma

Humpty Dumpty Records

Florian Doucet, le Breton installé à Bruxelles, vit deux passions : l’illustration (il a obtenu son diplôme à l’Académie royale des Beaux-Arts) et la musique, dont il maîtrise quelques instruments. Après avoir parcouru le monde avec la formation de folk caribéen La Chiva Gantiva (deux albums enregistrés pour le compte du label bruxellois Crammed Discs), Florian Doucet décide de prendre le recul nécessaire qui lui permettra de connaître une troisième passion : la musique éthiopienne. Il épluche minutieusement le catalogue « Ethiopiques » dont il compile et remixe les publications. En poussant le curseur dans le rouge de sa passion, il finit par créer « Ozferti », une sorte de super-héro masqué né de son imagination d’illustrateur / musicien. Ozferti rejoint l’Éthiopie, la source de son inspiration, où il enregistre les voix et les instruments que l’on rencontre à Addis-Abeba. En cela, sa démarche rejoint clairement celle d’un certain Francis Falceto, fondateur de la collection « Ethiopiques ». Mais ici s’arrête la comparaison. A son retour de voyage, plus enthousiaste que jamais, le beatmaker bruxellois confronte les sons glanés avec ceux de ses machines… « Solarius Gamma » est clairement une version 2.0 de l’éthio-jazz. Le fond est identifiable, mais la forme prend des allures inédites. Exit les cuivres, les claviers cheap, les voix mises en avant et la rythmique qui chaloupe. L’électro-éthio-jazz d’Ozferti vous emmène ailleurs, entre la Corne de l’Afrique et le dance floor européen. C’est certain, ça ne va pas enthousiasmer les puristes qui hurleront au détournement des sons. Par contre, il faut admettre que cette démarche ouvre de nouvelles perspectives auxquelles les auditeurs curieux et avides de découvertes devraient s’intéresser.

Yves «JB» Tassin