Adam Simmons / Jean Poole : Zatoczka – Tribute to Komeda nov16

Tags

Related Posts

Share This

Adam Simmons / Jean Poole : Zatoczka – Tribute to Komeda

Trailblazer Records

Krzysztof Komeda (1931-1968) fut un important jazzman polonais. Son album « Astigmatic », paru en 1965, est considéré comme étant l’un des plus importants disques de jazz européen (la plage titulaire est présente sur ce cd). Mais c’est surtout en tant que compositeur de musiques de films pour Roman Polanski qu’il s’est illustré, notamment avec « Rosemary’s Baby ». Outre 4 films pour ce réalisateur, c’est une quarantaine d’œuvres pour le cinéma qui composent sa discographie filmique. « Zatoczka » (le ruisseau) est une expérience live mêlant cinéma et musique. D’un côté le travail du VJ Jean Poole et de l’autre la direction musicale d’Adam Simmons, à la tête du Creative Music Ensemble. Un septet composé de quatre cuivres plus vibraphone, double basse et batterie. Renforcé de deux guests : Tony Gould au piano et Deborah Keyser au chant. Le décor est planté mais il y a une grosse tuile dès le début : hormis la photo de pochette on ne voit rien du travail de mixage de vidéos produit par Jean Poole. Un dvd aurait été bien plus utile afin de nous extraire quelque peu de ces compositions relativement nues et que nous devinons plus appropriées en complément d’un visuel. Reste donc à décrire cette musique enregistrée en Australie et en live, en novembre 2019, lors d’une journée dédiée au cinéma polonais. Quinze morceaux composent le set, douze de Komeda, les autres, nommés « interludes », sont d’Adam Simmons. C’est le thème de « Rosemary’s Baby » qui commence et clôt le concert. La première version est uniquement piano/voix, la seconde est plus étoffée et nettement plus « jolie ». Souvent dépouillées dans leur exécution, ces musiques possèdent d’efficaces thèmes mélodiques (« Roman II », « Litania »). La présence du piano, souvent comme seul exécutant, confère un côté ballade, presque classique, à certains titres. Le vibraphone occupe aussi le devant sonore mais rarement en solo, lui est plus soutenu. Il y a un peu de swing, un peu de free mais dans l’ensemble ce sont des ressentis de calme, d’apaisement qui nous traversent. Tout n’est que douceur, délicatesse, et caresses et la captation live est parfaite. Je suis convaincu que les personnes présentes à ce concert ont passé une belle soirée. Peut-être qu’elles aussi doivent regretter de ne pas posséder le souvenir visuel qu’aurait offert un dvd.

Claudy Jalet