Izvora : Sur l’autre rive jan07

Tags

Related Posts

Share This

Izvora : Sur l’autre rive

Antarctica Records

Ce quintet voit la réunion de cinq talentueux musiciens belges déjà rencontrés au sein d’autres formations de jazz. Izvora se compose de Christophe Delporte (accordéon), de Rhonny Ventat (saxophone), d’Adrien Tyberghein (basse), de Jérôme Baudart (batterie) et d’Yves Gourmeur (piano). Ce dernier a écrit les neuf titres qui composent ce cd et il est aussi connu pour avoir été la moitié de « La Framboise Frivole », ce duo qui mêlait musique classique, variété, pop et rock avec talent et surtout énormément d’humour. Ici il est surtout question d’une belle fluidité musicale influencée par toutes ces références à l’eau : le nom du groupe, la photo de pochette, les titres de nombreux morceaux… Et cette limpidité nous amène vers un jazz soft, très mélodique et relativement calme, intime, qui inclut des touches de musique classique et de world. Et surtout une bonne dose de références au tango argentin et à la musique d’Astor Piazzolla. J’ai aussi décelé quelques accents que ne renierait pas le Gotan Project. Et comme eux, Izvora nous offre une musique qui recèle énormément de sensualité, de chaleur. Beaucoup de très beaux thèmes (« Trouble Water » par exemple) sont proposés et il est évident que la mise en avant de mélodies efficaces prévalait au moment de la composition de ces titres. Ces harmonies sont équitablement partagées grâce à des échanges entre l’accordéon et le piano, suivies d’élégantes interventions de Rhonny Ventat, très efficace au saxophone. Yves Gourmeur, aussi compositeur de musiques de films, nous offre aussi de très agréables moments à l’orientation carrément classique au piano. Il a aussi composé une impeccable « bluesette » (« The Morning Dew »). Tout en maintenant une belle unité apaisante, relaxante, propice à mettre en évidence les subtilités de ces très bons instrumentistes, ces cinquante minutes ruissellent avec élégance. Je résumerai ceci comme du très bon easy listening jazz. Classieux de surcroît.

Claudy Jalet